top of page

CHR : à la découverte de la crèche



Vue partielle de la plus grande crèche de Paris (plus de 1.000 santons !) dans l’église Saint-François-Xavier.




Les catholiques se préparent à fêter la naissance de Jésus pendant la période de l’avent, qui commence cette année le 3 décembre, le quatrième dimanche avant Noël (six dimanches pour les orthodoxes). Pour les chrétiens, c’est le début d’une nouvelle année.

 

Le symbole de l’avent et de Noël c’est la crèche. De quoi s’agit-il ?

 

Le mot crèche désigne, à l’origine, la mangeoire dans laquelle on place, en hauteur, la nourriture des animaux dans une étable. Dans le récit de la naissance de Jésus, il est indiqué que Marie « le coucha dans une mangeoire […] ». D’où la tradition de représenter Jésus bébé dans une mangeoire pour être au chaud au milieu des animaux de la ferme (lire : Cela s’est passé il y a … 800 ans).

 

La crèche est installée le premier dimanche de l’avent dans les églises, les maisons ou les appartements. Dans un décor qui rappelle l’Orient ancien, plus précisément le Levant (voir le cours de géographie), on y présente différents personnages selon les traditions locales (les plus connus sont les santons de la crèche provençale). Dans la nuit de Noël, on y place Jésus avec Marie et Joseph, entourés d’un bœuf et d’un âne ainsi que des bergers qui sont les premiers témoins de sa naissance. La crèche est démontée le 2 février à l’occasion de la Chandeleur avec le partage en famille de crêpes.

 

Que peut évoquer la crèche de la salle 4 pour une majorité de nos élèves qui sont bouddhistes, hindouistes, musulmans ou sans religion ?

 

C’est aussi pour eux qu’elle est installée en ayant en tête qu’une crèche a « un caractère culturel, artistique ou festif », comme le rappelait le Conseil d’État en 2016 pour les autoriser dans les lieux publics.

 

Pour les sixièmes, cette crèche permet d’illustrer le cours d’histoire sur les premières civilisations du Proche-Orient, sur l’apparition des premiers métiers, de l’artisanat, des traditions populaires. La mise en place progressive de santons de Provence (regardez ci-dessous les 2 vidéos) et l’ouverture des fenêtres du calendrier de l’avent montrent aux élèves que l’histoire est toujours en mouvement, y compris lorsque l’on fait mémoire d’un événement. En particulier quand celui-ci est le point de repère universel dans le décompte des années, des siècles, des millénaires (la frise chronologique).

 

Enfin, c’est l’occasion de souligner le rôle essentiel de l’enseignement catholique en Seine-Saint-Denis lorsqu’il favorise la vie en communauté, comme dans une crèche.


Regardez ces deux reportages sur l'artisanat des santonniers en Provence.





bottom of page