Le Bloc-notes

Charles de Foucauld


Le père de Foucauld en 1901 devant son ermitage de Béni-Abbès en Algérie française.

A ses côtés, un ancien esclave malien qu’il a racheté et baptisé Joseph


Voici un nom bien connu des troisièmes. En effet, un nombre important de nos élèves poursuivent leur scolarité au lycée Charles de Foucauld situé dans le XVIIIe arrondissement de Paris.


À dire vrai, ce nom est connu dans le monde entier. Dimanche dernier, le pape François a canonisé (voir le sens de ce mot dans le cours sur la Toussaint) ce Charles de Foucauld qui vécut à la fin du XIXe et au tout début du XXe siècle. Qui était-il ? Qu’a-t-il fait ?


Issu d’une très ancienne famille de la noblesse d’Ancien Régime, il est officier avant de devenir prêtre. Il choisit d’aller au Maghreb, en témoin de Jésus au milieu de populations musulmanes. Pour cela, il apprendra leurs dialectes, comme celui des Touaregs, des Berbères du Sahara, pour leur traduire l’Évangile. Ayant réussi à créer un climat de confiance, il sera considéré comme un saint de son vivant par les musulmans qui le surnomment « le marabout chrétien ».


L’exemple de Charles de Foucauld rappelle aux chrétiens l’importance de témoigner. C’est le rôle des établissements catholiques en Seine-Saint-Denis, en particulier par la culture humaine et religieuse. La CHR n’est pas une matière à option, mais ce qui justifie la présence de nos établissements dans un département où se côtoient toutes les cultures religieuses. D’ailleurs nos élèves la retrouvent en seconde à … Charles de Foucauld !


La CHR permet de répondre à la question du petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry :

« Comment peut-il me reconnaître puisqu'il ne m'a encore jamais vu ? ».

En témoignant de l’amour de Jésus, comme le faisait saint Charles de Foucauld : « Je sème, d’autres moissonneront ».


Témoigner, c’était aussi le sens de la visite de notre évêque, Mgr Delannoy, la semaine dernière. Assistant au cours « Un Dieu qui parle » sur l’appel que reçoit le jeune Samuel, il a répondu à une question posée en classe de sixième : « Avez-vous reçu un appel de Dieu pour devenir prêtre ? »


Rendons donc grâce pour tous ces témoignages qui portent leurs fruits dans le temps.


M. de Fraguier

Aubervilliers, le 18 mai 2022